Facebook

Twitter

 
 
 

      Facebook AOF - Association des Optométristes de France   Twitter AOF - Association des Optométristes de France

get('text_top_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_TOP_TEXT'))*/?>
get('text_bottom_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_BOTTOM'))*/?>
Taille du texte: +

Faire de l'optométrie et facturer sa prestation, c'est possible à Tours

examendevue

 

Optique Grammont vient de fêter son 55e anniversaire. Odile Lafuye a suivi les traces de son père Jean en reprenant en 1993, le magasin situé à Tours (37). Pour se différencier, l'opticienne a ouvert un centre de vision tenu par une optométriste. Des bilans visuels d'une heure sont réalisés.

 

 

Interview par Acuité :

 

 

Acuité : Quelle est l’histoire du magasin ?

 

Odile Lafuye : Mon père Jean a créé Optique Lafuye en 1961. Par son professionnalisme et son sens de l'artisanat, il est devenu une référence à Tours (37), sa ville d'origine. Avant de délivrer un équipement, mon père a toujours contrôlé les ordonnances. Le magasin a eu pendant de nombreuses années un département astronomie en assurant l’entretien des jumelles et en proposant des loupes et des baromètres. Je continue à vendre ces accessoires.

 

A. : Quels changements avez-vous apportés ?

 

O.L : En 2003, j'ai ouvert un centre d'optométrie à proximité du magasin d'optique. Il est tenu par Mallorie Giroud, opticienne-optométriste diplômée. Nous avons récemment déménagé pour regrouper les deux activités dans de nouveaux locaux d'une superficie de 260 m², avec l'espace consacré à l'optométrie. Nous réalisons des bilans visuels : les mesures des phories, des réserves fusionnelles... d'une heure que nous facturons 60 euros. Notre réseau de professionnels paramédicaux, ostéopathes, kinésithérapeutes, podologues et les médecins généralistes, nous envoient leurs patients lorsqu'ils estiment qu'un problème est lié à la vision.

 

A. : Etes-vous en contact également avec les ophtalmologistes ?

 

O.L : Nous essayons de travailler de manière indépendante, mais pour des pathologies particulières, le client est systématiquement renvoyé vers l'ophtalmologiste. Toutefois, il est dirigé par nos soins vers le praticien le plus spécialisé en fonction de notre bilan visuel.

 

A. Pour quelles raisons avez-vous décidé de créer ce centre de vision ?

 

O.L : Pour offrir aux clients l'équipement le plus adapté dans un délai assez court. A Tours, il faut attendre 6 mois avant d'obtenir un rendez-vous chez l'ophtalmologiste. De notre côté, nous prenons en charge le patient sur rendez-vous en une semaine. Après l'examen de vue, l'optométriste rédige une fiche détaillée et l'opticien détermine la géométrie du verre la plus adaptée.

 

A. Comment expliquez-vous la pérennité de votre magasin ?

 

O.L : Le succès se situe dans la continuité du travail de mon père, grâce à une qualité de service, d'écoute et de travail que j'ai reproduit en apportant ma touche personnelle.

 

Facebook     Twitter