Facebook

Twitter

 
 
 

      Facebook AOF - Association des Optométristes de France   Twitter AOF - Association des Optométristes de France

get('text_top_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_TOP_TEXT'))*/?>
get('text_bottom_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_BOTTOM'))*/?>
Taille du texte: +

Laurent Lévy, PDG d'Optical Center, appelle la profession à s'unir autour de la reconnaissance de l'opticien-optométriste

 

« Mon combat pour la rentrée 2013 sera en faveur de la reconnaissance de l'opticien-optométriste, a déclaré aujourd'hui Laurent Lévy, PDG d'Optical Center. Nous sommes à un moment stratégique pour la profession. Il faut s'unir en une seule et même voix, travailler en partenariat avec les ophtalmologistes ».

 

laurent levy2

Mais attention à ce que l'on entend aujourd'hui quand on parle d'optométrie. « Je suis pour un modèle modéré, précise Laurent Lévy. L'opticien-optométriste doit prendre en charge la réfraction, avec un faible taux de dépistage des pathologies oculaires ».

 

« S'il y a des sujets sur lesquels la profession ne peut s'accorder, comme l'e-commerce en optique ou les réseaux de soins mutualistes, la reconnaissance de l'opticien optométriste est le seul point sur lequel nous pouvons nous entendre, continue le PDG d'Optical Center. L'objectif étant d'être de meilleurs partenaires pour les ophtalmologistes, d'accélérer la prise en charge des porteurs et de développer le marché de l'optique. C'est toute une profession et une population qui ont à y gagner. Que les médecins fassent de la médecine et qu'on laisse les opticiens-optométristes faire leur métier ».

 

Au niveau de la formation, Laurent Lévy a aussi son avis sur la question et penche en faveur d'un cursus s'inscrivant dans le cadre du système LMD (Licence Master Doctorat). « Les opticiens diplômés du BTS OL depuis plusieurs années et en activité doivent également être reconnus, avec la validation d'un nombre d'années de pratique qui resterait à définir ».

 

En conclusion, Laurent Lévy souhaite arriver à une action commune, « pour la première fois dans l'histoire de l'optique en France. Syndicats, enseignes, centrales et indépendants, avec leur expérience du terrain, ont un vrai travail en commun faire. C'est possible et j'y crois ».

 

Facebook     Twitter