Facebook AOF - Association des Optométristes de France   Twitter AOF - Association des Optométristes de France

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

get('text_top_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_TOP_TEXT'))*/?>
get('text_bottom_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_BOTTOM'))*/?>

 

L'OPTOMETRIE - FORMATION

 

 

 

 


 

Quelle formation pour les Optométristes en France ?

 

La formation pour les optométristes français suit le schéma : BTS, Licence, Master, Diplôme Européen

 

L’Association des Optométristes de France (AOF) et les instances internationales (WCO et ECOO) encouragent les centres de formations à proposer des formations de niveau Bac+5, harmonisées à l'échelle européenne (Master, Titre RNCP Niveau 1, Diplôme de niveau 7 à l'European Qualifications Framework).

 

 


 

D’abord le BTS Opticien-Lunetier.

 

Les étudiants qui préparent le BTS Opticien-Lunetier proviennent en très grande majorité d’un Baccalauréat Scientifique.

 

Le Brevet de Technicien Supérieur Opticien Lunetier (BTS OL) est un diplôme paramédical, de professionnel de santé.

 

La répartition des coefficients par matières se fait de la façon suivante :

  • - Epreuves professionnelles : coefficient 10
    Examen de vue et prise de mesure et adaptation / Contrôle d’équipement et réalisation technique / Activité en milieu professionnel.
  • - Système Optique : coefficient 8.
    Mathématique / Optique géométrique / Optique physique / Etude technique des systèmes optiques.
  • - Analyse de la vision : coefficient 6.
  • - Economie et gestion de l’entreprise : coefficient 5
  • - Culture générale et expression : coefficient 2
  • - Langue vivante étrangère : coefficient 2

Le Brevet de Technicien Supérieur est une formation qui se fait en 2 ans dans un institut supérieur. A la fin de cette formation, les étudiants cumulent 120 ECTS :

    • - 73% du diplôme concerne l’œil, la vision et les sciences de l’optique.
    • - 15% concerne l’économie et la gestion d’entreprise.
    • - 12% concerne les langues vivantes.

 

LE BTS, DES ÉVOLUTIONS NÉCESSAIRES ET URGENTES :

 

Si la surenchère d’offres commerciales proposées par les opticiens tend à exacerber l’aspect commercial de la profession, il semble important de rappeler qu’aujourd’hui la formation est orientée en grande majorité sur l’aspect paramédical.


Lorsque l’on interroge les élèves de premières années du BTS, tous disent avoir choisi ce métier en partie pour l’aspect santé, d’ailleurs un grand nombre d’étudiants est passé par les facultés de médecine ou de pharmacie auparavant.


Le jeune diplômé du BTS OL subit parfois une désillusion en arrivant sur le marché du travail. On lui avait promis un métier qui allierait santé et commerce, et il se retrouve dans une situation ou l’image paramédicale est dégradée.


Les opticiens qui souhaitent valoriser l’aspect « professionnel de santé » et développer leurs compétences paramédicales choisissent alors de s’engager dans la voie de l’optométrie. Ils le font en toute connaissance de cause, la législation étant au programme du BTS. Au vu des contraintes d’exercice, c’est forcément un choix passionné, la raison et le choix de carrière étant de poursuivre en école de commerce.


L’Association des Optométristes de France milite pour compléter la formation des opticiens en santé, et imposer le niveau Licence comme le niveau minimum de formation, pour deux raisons :

  • - Revaloriser l’aspect professionnel de santé et compléter les compétences qui font défaut aux actuels opticiens, passage au niveau Licence.
  • - Réguler le nombre de diplômés : l’explosion du nombre de diplômés actuels n’est absolument pas en adéquation avec les perspectives d’emploi des opticiens ces prochaines années.

Depuis 2008, l’état a entamé la réingénierie des diplômes des paramédicaux, qui s'inscrit dans l'intégration au processus LMD (Licence-Master-Doctorat). Si les orthoptistes se sont vus offrir un niveau Licence en 2013, les opticiens attendent toujours leur tour. Ils font partie des dernières professions paramédicales à ne pas avoir eu leur réingénierie.

 

 

Les opticiens répondaient récemment à une enquête :  (Acuité)

- 69% d'entre eux se disent favorables à un BTS en 3 ans, avec une formation améliorée sur les aspects techniques. 

- 18% se disent favorables à un BTS en 3 ans, avec une formation améliorée sur les aspects commerciaux.

- 13% estiment que « la formation actuelle suffit à exercer correctement les différentes tâches du métier ».

- 60,1% sont favorables à une formation en milieu médical et estime que « cela renforcerait le statut de professionnels de santé ».

 

Des chiffres qui confirment la nécessité d’une véritable remise à plat du diplôme d'opticien.

 

Le site de l’Opticien-Lunetier confirme également cette tendance : (sondage 2016)

 

sondage formation 3ans aof

 


 

 

Après le BTS, les formations à BAC+3.

 

Si l’Association des Optométristes de France milite pour le passage à BAC+3 de la formation initiale des opticiens, le niveau licence est déjà la norme pour nombre d’entre eux.

 

La première Licence était la Licence d’Optique Physiologique et d’Optométrie (LOPO, Orsay Paris-Sud).

Depuis 35 ans, l'Université Paris-Saclay (anciennement Orsay Paris-Sud) propose des formations en optométrie et forme plus de 1000 personnes par an :

A cela, se rajoute 6 autres diplômes de niveau Licence :

Au total, on dénombre en France 30 écoles qui préparent à un niveau licence, et 10 écoles qui préparent aux CQP Opti-Vision, avec des milliers de diplômés chaque année.


Une moitié des étudiants continue sa formation en licence d’optométrie après l’obtention de leur BTS OL, au global 67% des étudiants du BTS OL continuent des études post BTS. (Source Bien vu, dossier spécial Juin 2016, Le guide de l’emploi)


Les diplômes, lorsqu’ils sont délivrés par des universités sont des diplômes d’Etat, et lorsqu’ils sont délivrés par des écoles privés sont enregistrés au RNCP. (Répertoire national des certifications professionnelles)

 

 


 

Après le BAC+3, valider une formation de niveau BAC+5 pour devenir Optométriste.

 

L’Association des Optométristes de France considère comme Optométriste les personnes ayant validées une formation de niveau Bac+5 (Master, Titre RNCP de Niveau 1, Diplôme de niveau 7 à l'European Qualifications Framework). Le diplôme qui donne la qualification d'optométriste existe en France depuis vingt-cinq ans.

   

En 1991, a été créée la maîtrise en sciences de la vision (Maîtrise en Sciences et Techniques en Optique Physiologique, Optique de contact et Optométrie), remplacée en 2004 par le master en sciences de la vision qui sanctionne 5 années d'études après le baccalauréat.

    • Trois écoles en France délivrent un diplôme de niveau Bac+5 : 
    • - Un diplôme d’Etat délivré par l'Université Paris-Saclay :
    • Le Master Ingénierie de la Santé, parcours Sciences de la Vision
    • - Un diplôme d’Etat délivré par l'Université de Nîmes :
    • Le Master Sciences de la Vision et Prise en Charge Visuelle, parcours Sciences de la Vision
    • - Un titre de niveau I, enregistré au RNCP, délivré par l’Institut des Sciences de la Vision de Saint-Etienne : 
    • Le Titre d'Expert en Sciences de la Vision (ESV). 
    • A noter : l'ISV est accrédité par l'ECOO pour délivrer l'European Diploma in Optometry (1ère accrédiation partielle délivrée en janvier 2020)

Les diplomes délivré par une université bénéficient d'une reconnaissance de l'Etat : il s'agit d'un niveau d'études académique effectuées sous la responsabilité du Ministère de l'éducation nationale et de l'enseignement supérieur, ils permettent également de poursuivre le cursus universitaire vers un doctorat. Ces diplomes sont enregistré automatiquement au RNCP. 


Les diplomes privés, comme ceux délivrés par l'ISV,  sont enregistrés au RNCP et bénéficient d'une reconnaissance professionnelle de l'Etat : il s'agit d'un niveau de qualification effectuée sous la responsabilité du Ministère chargé de la formation professionnelle.

 

L'Optométrie à l'Université Paris-Saclay : après la licence, environ 400 étudiants suivent le master de l'Université Paris-Saclay, en initiale ou en alternance en 2 ans, 3 ans ou 4 ans. En Master 1, plus de 600 heures sont prévues, notamment en Dépistage en Santé Oculaire (200h), en Basse Vision (100 heures), en optométrie, en contactologie mais également dans des domaines scientifiques moins ciblés (neurosciences de la vision, aberrométrie, éclairagiste, colorimétrie). L'année suivante, 300 heures de formation sont proposées notamment en Sciences de la vision, optométrie pédiatrique, biologie, optique physique, vision binoculaire et toujours de l’optométrie et de la contactologie. L’objectif est de renforcer les connaissances pour qu'ils puissent prendre en charge des cas complexes en optométrie et en contactologie, ainsi qu’en dépistage.

Pour les étudiants en formation initiale, la première année est consacrée uniquement au cours avec des travaux pratiques. S'ensuit un stage de 6 mois dont au moins 2 mois doivent être réalisés en milieu médical, dans un hôpital, une clinique ou chez un ophtalmologiste... De leur côté, les étudiants en alternance partent entre 30 et 45 jours. Certains des étudiants font des stages à l'étranger que ce soit en Australie, au Canada ou dans des pays européens. 6 étudiants font chaque année leur Master 2 à Montréal dans le cadre d'un partenariat. Les étudiants ayant validé leur formation cumulent 300 ECTS. Ce Master délivré par l’état français permet d’obtenir des équivalences et d’intégrer les formations à l’étranger.

 Enfin, un mémoire portant sur une étude expérimentale est obligatoire pour valider les diplômes. Ces enseignements sont dispensés par des ophtalmologistes, des médecins généralistes, des chercheurs du CNRS, des biologistes, des optométristes français et étrangers, ainsi que des orthoptistes.  

  

INTERVIEW : RICHARD LEGRAS, RESPONSABLE DES FORMATIONS D'OPTOMÉTRIE À ORSAY, DÉTAILLE LES CURSUS LICENCE ET MASTER.


De son côté, l’Institut des Sciences de la Vision accueille chaque année environ 140 étudiants au niveau licence, et 160 étudiants sur les formations post licence. L'ISV est né en 2002, et travaille en partenariat étroit avec l'ECOO pour proposer un haut niveau de formation. La formation est réparti sur 6 unités de formations, divisés en plusieurs modules. L'ensemble représente 180 ECTS post BTS, soit un cumul de 300 ECTS.

En 2020, l'ISV a été accrédité par l'ECOO pour délivrer partiellement l'European Diploma in Optometry (EDO / DEO). Cette accréditation, même partielle, signifie que les étudiants de l'ISV de Saint-Etienne diplômés en 2020 et les promotions futures, valident automatiquement les modules écrits et pratiques correspondants du Diplôme Européen d'Optométrie. Ils devront passer des épreuves supplémentaires pour obtenir leur DEO.

 

DECOUVREZ LES TEMOIGNAGES D' ETUDIANTS DE L'ISV FORMATION.

 

Enfin, l'Université de Nîmes propose un master Sciences de la vision depuis la rentrée 2020. La formation est organisée sur 2 ans avec des enseignements par session de trois jours (lundi, mardi, mercredi) avec 2 à 3 sessions par mois en moyenne de septembre à juillet. Une préparation séparée des 4 modules du master en 3 ans est possible.

 

On dénombre en France un peu plus de 3000 professionnels formés au niveau BAC+5.

 


 

 

Faire reconnaître la formation d’Optométriste à l’échelle européenne : L’European Diploma in Optometry.

 

Dès 1999, l'AOF à participé à l'organisation de la première session du Diplôme Européen d'Optométrie (DEO), avec le soutien de la Facuté des Sciences d'Orsay. Aujourd'hui, nous encourageons l'ensemble des centres de formations à proposer ce standard de formation et à harmoniser la pratique clinique à travers l'Europe. 

 

L'European Diploma in Optometry est délivré directement par les centres de formation européens accrédités par l'ECOO. Le diplome n'est actuellement plus accessible en candidat libre. 

 

La liste des écoles accréditées est disponible sur le site de l'ECOO

 

En France, seul l'ISV de Saint-Etienne est accrédité partiellement. Nous esperons voir d'autres centres  de formation accrédités, et nous encoureageons tous les centres de formation à s'engager dans ce processus d'accréditation. 

 

 

Pourquoi l'European Diploma in Optometry ?

DEO2 

 

L'European Council of Optics and Optometry (ECOO) a créé le Diplôme Européen d'Optométrie avec la vocation :

 

  • - D'harmoniser la profession à travers l'Europe par la définition d'un standard du champ de pratique en optométrie qui, à ce jour, varie considérablement selon les pays, allant de l'assemblage des lunettes à la prise en charge autonome des maladies oculaires.
  • - De favoriser la libre circulation des optométristes en Europe afin de supprimer les démarches fastidieuses de reconnaissance des qualifications professionnelles en fonction des pays.
  • - D'élever le niveau de formation et d'harmoniser les enseignements et la pratique clinique des écoles et universités européennes vers un standard commun par le biais d'une accréditation à délivrer le DEO. L'accréditation d'un établissement permet aux étudiants d'obtenir le Diplôme Européen d'Optométrie en parallèle au diplôme délivré par le centre de formation.

 

Le DEO valide les connaissances et compétences en optométrie au plus haut niveau professionnel Européen. Il représente le niveau le plus élevé pour les pays membres de l'ECOO. Reconnu par de nombreux Etats par le biais de leurs organismes de certification, il permet une ouverture sur des carrières professionnelles valorisantes en France et en Europe, et des conditions d’exercice de plus en plus élargies.

 

Les candidats français qui obtiennent le diplôme européen d’optométrie sont considérés comme ayant le meilleur niveau européen en optométrie, ce sont des professionnels de haut niveau, ils peuvent utiliser le titre d’Optometrist EurOptom.


Une majorité de ses professionnels sont tentés d’aller exercer plus librement à l’étranger, on ne peut que regretter cette fuite de nos optométristes les plus compétents, dans un contexte où les perspectives de l’accès au soin sont catastrophiques.

 

 

Revivez la cérémonie de remise des diplômes aux étudiants français, Barcelone, Mai 2017  :

DEO barcelone

 


 

 

Et les doctorats ?

 

Les étudiants issus du Master Ingénierie de la Santé, parcours Sciences de la Vision délivrée par l'Université des Sciences d'Orsay peuvent obtenir en France des doctorats de recherche dans les domaines de l’Optométrie et des Sciences de la Vision.

 

DÉCOUVREZ LE PARCOURS D'UN DOCTORANT EN OPTOMÉTRIE ET SCIENCES DE LA VISION


L’optique française est une filière d’excellence. Depuis 2002 est développée une activité de recherche unique en France dans le domaine de l’optométrie. Ils sont les seuls à utiliser de l’optique adaptative pour étudier la fonction visuelle et la perception visuelle. Le centre de recherche accueille des optométristes Master 2 Sciences de la vision et des internes en ophtalmologie. Les industriels comme Johnson&Johnson, Essilor, Sagem ou Imagine Eyes investissent sur les projets de développement.


Les applications sont par exemple l'optimisation d'optiques multifocales, destinées à la correction de la presbytie, l’imagerie en ophtalmologie, ou l’optimisation de la chirurgie réfractive, en partenariat avec la fondation Rothschild.

 

INTERVIEW : LA RECHERCHE EN OPTOMÉTRIE, AU CŒUR DE L'ACTIVITÉ DU LABORATOIRE À ORSAY

 

Les optométristes francais peuvent également rejoindre des doctorats cliniques à l’étranger, classiquement celui de Boston et celui de Montréal.

 

 

 

 

 

 

Facebook     Twitter